Atlas en Prose

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-1

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-2

 

 

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-3

 

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-5

 

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-6

 

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-7

 

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-8

 

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-9

 

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-10

 

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-11

 

 

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-12

 

sixtine_rosburger_appartement_atlas_en_prose-13

ATLAS EN PROSE

Graphisme / 2012


‘‘Rendre l’invisible visible et didactique,, tel était le sujet de ce Workshop dirigé par Vivien Philizot.


Ce projet propose une nouvelle lecture du Spleen de Paris de Charles Baudelaire, publié en 1869, regroupant cinquante poèmes en prose.
Cet Atlas, au format démesuré (60x43cm), s’oppose au livre de poche d’origine et vient accueillir cinq cartographies basées sur le principe de la Data Visualisation. Ce support met donc en avant certaines informations et caractéristiques du livre, de façon peu habituelle, lui procurant, ainsi, une lecture inédite et synthétique.
Le Cri du Spleen illustre, par exemple, les thèmes principaux du recueil. Les cercles sont proportionnels à la répétition des mots les plus utilisés, puis classés par ordre croissant autour de l’auteur.
La Spleenosphère est une cartographie sur laquelle ont été mis côte à côte les 150 pages du recueil et dont tous les mots ont été supprimés dans le but de n’en garder que la ponctuation. Une trentaine de mots les plus employés ont été remplacés par des bandes de couleurs (1couleur = 1 mot), permettant une lecture synthétique.
Les trois autres cartes, La Spleenothèque, La Traversée du Spleen et Le Temps d’un Spleen traitent respectivement des différentes éditions du livre, des réseaux et oppositions qu’il est possible d’établir entre les poèmes et, enfin, du rapport au temps, très présent au sein du recueil.

Projet réalisé avec Aline Martelot / Emma Pflieger